« Soro se servait de l’appareil de l’Etat pour essayer d’éliminer ses adversaires générationnels », confie Doumbia Major

Face à la polémique qui enfle depuis la conférence de presse qu’il a animée mardi dernier à la Maison de la Presse d’Abidjan pour présenter son parti politique, Doumbia Major est remonté au créneau pour faire des précisions sur ses années d’exil et sur ses rapports conflictuels avec Guillaume Soro et le Président Alassane Ouattara. Ci-dessous l’intégralité de sa déclaration publiée sur sa page Facebook.

Oui à un moment de ma vie, face à la traque dont j’étais victime et surtout après la tentative de mon extradition du Congo, j’étais farouchement remonté contre le président Ouattara, et j’ai dit: « Après tout ce que j’ai fait pour Ouattara, en prenant le risque de venir à mes frais exposer ma vie pour l’aider à accéder au pouvoir, c’est moi qu’il veut éliminer physiquement ? « J’étais en colère et très fâché avec lui, mais après j’ai compris qu’il n’avait rien à avoir avec les tentatives d’assassinats et d’enlèvement auxquels j’ai échappées.

C’est en effet Soro qui se servait de l’appareil de l’état dans lequel il était, pour essayer d’éliminer ses adversaires générationnels. C’est lui qui partait mentir au palais et c’est lui qui faisait croire au président Ouattara que j’étais allé recruter des mercenaires au Congo pour essayer de faire un coup d’État et pour tenter de l’assassiner. Grossier mensonge et le président Ouattara s’en est lui-même rendu compte.

Mais avec le temps et avec les aveux de Lobognon sur Abidjan. Net , avec les aveux de watao à Paris en présence de deux témoins, et avec ce que mes amis journalistes m’avaient raconter sur les actions de Touré Moussa auprès des rédactions, pour diffuser de l’intox sur mon compte , j’ai compris que le président Ouattara n’avait rien à avoir avec cette traque et les tentatives d’assassinats dont j’étais victime.

La preuve en est que depuis que Soro a quitté le système et qu’il a été affaibli, depuis qu’est aux affaires le premier ministre Amadou Gon qui n’a pas cru un traître mot de ces histoires rocambolesques de Soro, j’ai réussi à rentrer tranquillement dans mon pays où je circule librement.

C’est pourquoi, en toute humilité, et toute honnêteté, je voudrais présenter mes excuses au président Ouattara, pour avoir pensé à tort que c’est lui qui était à la base de ces tentatives d’élimination physique qui étaient orchestrées contre ma personne.
Je me réjouis que tout le RDR ait découvert aujourd’hui le vrai visage de Guillaume Soro et son caractère criminel et nuisible.

Aujourd’hui ses partisans se promènent sur les réseaux sociaux pour exposer mes anciennes critiques contre le président Ouattara, comme si moi je cherchais à être militant du RDR, en oubliant que le président Ouattara lui-même a vu et lu ces critiques avant eux, et il n’en a pas tenu compte pour m’empêcher de rentrer dans mon pays.
S’il a accepté d’avoir au sein du RHDP des ex jeunes patriotes et des partisans de Gbagbo tels qu’Alcide Djedje et Allou Eugène, qui lui ont fait la guerre et déterré le corps de sa mère, ce n’est pas à des simples critiques qu’il sera allergique. C’est ça la marque d’un grand homme.

J’ai découvert la vérité et j’ai fait ma réconciliation avec le président Ouattara, je continue de critiquer le gouvernement et de faire des propositions, mais je n’ai plus aucune colère contre lui, car il n’a rien à avoir avec les actes ignobles et tentatives d’élimination physique dont j’ai été victime.

Dr Doumbia S Major