Affaire jeune homme tué dans une piscine à Bassam, lourd soupçon de crime rituel

KOACI révélait lundi la morte suspecte d’un jeune homme de 18ans dans une piscine privée à l’entrée de la station balnéaire de Bassam. Eh bien ! Les circonstances réelles du drame se précisent progressivement, sous fond de crime de rituel.

Dans cette affaire qui n’a pas encore livré tous ses secrets, la police a à nouveau interpellé un maître nageur et un vigile dudit établissement, où s’est tenu le drame d’un jeune homme de 18ans supposé noyé.
Ces arrestations portent alors le nombre de suspects à quatre, tous placés en garde à vue à la police de Grand Bassam.
Pour le motif, alors que les intéressés avançaient n’avoir jamais constaté de disparition au sein de leur piscine dimanche lors des recherches, peu après ils sont revenus sur leur position, soutenant mordicus que le môme s’est noyé. Plus intriguant, ils avaient d’abord pris le soin de déplacer la victime à la morgue, avant de livrer les faits à la police.

Autre fait qui contraste aussi étrangement avec ces allégations, est qu’à cette heure, il est relevé des ecchymoses à la tête, et à quelques endroits du corps du jeune Ousmane Kourouma. Des traces de sang auraient également été retrouvés dans une broussaille jouxtant la piscine le jour des faits.

Pour la famille alors, » il n’y aurait plus de doute que leur enfant est tombé dans le piège d’un réseau de crime rituel ».
Pour ce faire, la police depuis mardi soir a transféré la depouille au centre médico légal pour être autopsiée.

Adriel