Un parti proche de Soro se révolte et demande la publication de la liste des partis politiques légalement reconnus

Moins de deux jours après le congrès ordinaire du RHDP unifié, le Mouvement pour la promotion des valeurs nouvelles en Côte d’Ivoire (MVCI), reclame la publication par le Ministère de l’Intérieur de la liste complète des partis politiques légalement reconnus. Ci-dessous l’intégralité de la déclaration de ce mouvement proche du président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro.

Cette saisine porte sur la nécessité de clarifier l’existence légale des partis et groupements politiques en Côte d’Ivoire, afin de mettre fin au flou constaté, s’agissant la participation des formations politiques aux débats concernant la vie de la République. À cet effet, le MVCI a demandé au Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité de publier, au Journal officiel de la République de Côte d’Ivoire, la liste de tous les partis et groupements politiques reconnus dans notre pays conformément aux dispositions légales qui disposent :

– Article 25 de la Constitution du 8 Novembre 2016 :
Les partis et groupements politiques se forment et exercent leurs activités librement sous la condition de respecter les lois de la République, les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie. Ils sont égaux en droit et soumis aux mêmes obligations.
Les partis et groupements politiques concourent à l’expression du suffrage.
Sont interdits les partis et groupements politiques créés sur des bases régionales, confessionnelles, tribales, ethniques ou raciales.
Les partis et groupements politiques légalement constitués bénéficient du financement public, dans les conditions définies par la loi.

– Article 14 de la Loi n° 93-668 du 9 Août 1993 relative aux partis et groupements politiques :
Tout Parti ou Groupement politique régulièrement déclaré, doit être rendu public par l’autorité compétente par l’insertion au Journal officiel du récépissé de déclaration dans le mois qui suit sa signature.

Abidjan, le 28 janvier 2019
Pour le MVCI
Le Porte-parole adjoint
KONATE Siratigui