Tiemoué Bakayoko insulte Gattuso et se défend : « Va te faire foutre »

L’international milieu de terrain français du Milan AC d’origine ivoirienne, Tiemoué Bakayoko, a adressé un mot pas du tout amical à son entraîneur Gennaro Gattuso, le lundi 6 mai 2019, lors de la victoire (2-1) de son équipe contre Bologne.

Entre Tiemoué Bakayoko et son entraîneur Gennaro Gattuso, ce n’est pas le parfait amour. Arrivé avec quelques minutes de retard à une séance d’entraînement la semaine écoulée, le comportement de l’international français d’origine ivoirienne a obligé Gattuso à infliger une punition collective à toute l’équipe, en la contraignant à une mise au vert de 4 jours dans la perspective du match contre Bologne.

Justement au cours de ce match disputé, le lundi 6 mai 2019, Tiemoué Bakayoko a encore fait parler de lui. Il a adressé un « Fuck off man » (Va te faire foutre) à deux reprises à son entraîneur qui lui avait dit auparavant d’aller s’échauffer pour remplacer Lucas Biglia touché, mais qui l’a finalement rappelé sur le banc de touche pour faire entrer José Mauri. L’incident a eu lieu à la 26ème minute au moment où les deux équipes étaient à égalité (0-0).

Après le match, Tiemoué Bakayoko s’est défendu sur Twitter : « On m’a demandé de me préparer au cas où il y aurait un changement. Je me suis donc préparé immédiatement et je suis parti m’échauffer pendant 2-3 minutes maximum. Ensuite, on me demande de revenir sur le banc. Tout se passe je crois entre la 23e et la 26e. C’est au moment où je m’assois sur le banc que le coach s’adresse à moi en des termes inattendus et je ne fais que répéter ses paroles. Rien de plus », a-t-il expliqué.

Pour sa part, l’entraîneur Gennaro Gattuso a expliqué que Bakayoko a mis du temps à se préparer. Toute chose qui l’a amené à changer d’avis. « Je lui avais dit d’entrer, il a mis du temps à se préparer et j’ai changé d’avis. Il a attendu 7-8 minutes. On est dans un grand club, il faut respecter tout le monde. Ils peuvent tout me dire, il faut juste respecter le vestiaire. Tout le monde peut m’insulter. Mais après, on règle tout ça dans une pièce. Entre quatre yeux. »

Cet énième clash entre Bakayoko et son entraîneur pourrait écourter le séjour du joueur à Milan, lui qui a été prêté par Chelsea et qui a tout fait pour entrer dans les plans du technicien italien.

 

Adolphe Angoua