Santé sexuelle / Pertes blanches : quand faut-il consulter ?

Santé sexuelle / Pertes blanches : quand faut-il consulter ?

PARTAGER

Les pertes blanches, également appelées leucorrhées, sont des sécrétions vaginales physiologiques chez la femme, dont l’apparition est tout à fait naturelle. Comment se manifestent-t-elles, quelles sont leur rôle : éclairages sur ce sujet très intime.

La leucorrhée ou perte blanche est une manifestation gynécologique caractérisée par un épanchement de liquide par le vagin. On l’appelle plus communément perte blanche et est généralement de nature physiologique. Mais elle peut également provenir d’une infection et prendre une coloration verdâtre. Elle peut s’accompagner de démangeaisons et d’irritations. Dans ces cas, un examen gynécologique doit être effectué pour en déterminer la cause qui peut être bactérienne ou provoquée par la présence d’un corps étranger.

Symptômes

Les pertes blanches sont des sécrétions produites par le vagin et par l’utérus qui apparaissent au moment de la puberté puis tout au long de la vie de la femme. Elles se manifestent sous forme de pertes de couleur blanche-jaune et d’aspect filaire, à l’entrée de la vulve.

Pertes abondantes

Le flux de ces sécrétions varie d’une femme à une autre. Il peut être léger ou abondant. Une variation de ce flux est perceptible au cours du cycle.

Pertes blanches odorantes

Chez la femme, des écoulements peuvent survenir au niveau des organes génitaux en provenance du vagin. En dehors des règles, écoulements de sang normaux, ou des métrorragies, écoulements de sang anormaux, des pertes de différents aspects et couleurs peuvent être présents. Si les pertes blanches inodores sont normales et fréquentes en petite quantité au cours du cycle menstruel, l’apparition de pertes blanches malodorantes peut indiquer la présence d’une pathologie.

Elles sont souvent associées à d’autres symptômes gênant comme des douleurs légères, des envies plus fréquentes d’uriner, des fuites urinaires, des brulures urinaires ou des démangeaisons.

Dans tous ces cas, une infection urinaire ou génitale est suspectée, qui peut être due à une bactérie, une mycose, ou un parasite. Des prélèvements de la perte, appelée leucorrhée, peuvent être réalisés si nécessaire, et un traitement adapté sera prescrit. En cas d’infection génitale, les partenaires devront être également dépistés et traités au besoin, et les rapports sexuels devront être protégés jusqu’à la guérison.

Grossesse

Une augmentation de ces sécrétions peut être observée deux ou trois jours avant l’ovulation, ainsi qu’au cours de la grossesse.

Rôle

Ces sécrétions ont un rôle important : celui de nettoyer et de lubrifier le vagin. Elles permettent, au moment de l’ovulation, d’aider les spermatozoïdes à remonter jusque dans l’utérus et féconder l’ovule. Si ces sécrétions sont gênantes, une toilette intime quotidienne est recommandée, et les protège-slips peuvent également réduire la sensation d’humidité.

Quand faut-il consulter ?

Toute modification soudaine des pertes blanches doit interpeller, elles sont le signe d’une pathologie. L’apparition de pertes blanches marron ou ayant changé de couleur (jaunâtre, verdâtre…), de pertes blanches malodorantes ou avec une odeur forte, ou pertes blanches gluantes ou avec un changement d’aspect (aspect grumeleux, mousseux…). Elles peuvent être la manifestation d’une infection vaginale, telle que mycose ou vaginose bactérienne, surtout si elles sont accompagnées de démangeaisons, de sensations de brûlure, de douleurs dans le bas-ventre ou de douleurs lors des rapports sexuels. Vous devez consulter un médecin gynécologue.

Méthode naturelle

■ Consommer chaque matin après le petit déjeuner une gousse d’ail

■ Faire des douches vaginales à base d’une lotion préparée avec 0,5 litre d’eau bouillante plus une gousse d’ail émincée (si l’infection a duré, il faut prendre deux gousses d’ail).

■ Prendre cette lotion la mettre dans une poire à lavement. Et faire un lavement régulier le soir. Renouveler l’opération jusqu’à obtention de résultat la plupart du temps au bout de 15 jours.

Après traitement pour parer à toute éventuelle récidive:

■ Faire deux fois par semaine des douches vaginales à base d’ail. Mais cette fois-ci avec une seule gousse dans 0,5 litre d’eau.

■ Perforer un grain d’ail, le rouler dans une compresse et l’introduire dans le vagin tout en laissant un bout de la compresse pour l’extraire facilement, le mieux au coucher ceci pendant 3 à 7jrs dependant de la gravité de la situation.

■ C’est très efficace car l’ail est l’antibiotique le plus puissant en tant qu’aliment.

Avec Santé-médecine et NFS-Togo

1 COMMENTAIRES

LEAVE A REPLY