Réconciliation nationale : Depuis la Haye Laurent Gbagbo donne des instructions fermes à la direction du FPI

Le président du Front populaire ivoirien (Fpi), Laurent Gbagbo, a depuis sa prison de Scheveningen, demandé à la direction de son parti de prendre la directive des actions en faveur d’une réconciliation véritable entre les fils et les filles de la Côte d’Ivoire.

Le secrétaire général Assoa Adou a transmis le message de l’ex chef de l’Etat ivoirien, ce lundi 7 janvier 2019, lors d’un point de presse, animé à la résidence des Gbagbo sise à Cocody Riviera Golf. A en croire le ministre Assoa Adou, Laurent Gbagbo, depuis la Haye, serait sérieusement préoccupé par le climat socio-politique tendu qui prévaut en terre ivoirienne. Laquelle situation, selon lui, incomberait au président ivoirien Alassane Ouattara et à son gouvernement.

A l’écouter, les autorités ivoiriennes se refuseraient à mener des actions allant dans le sens de la réconciliation et du retour à la cohésion sociale. Il a cité entre autre la rupture du dialogue politique d’avec les partis de l’opposition, une main mise sur les institutions électorales et judiciaires, « le clientélisme et la violation permanente des lois de la République en mode de gouvernance » et la division servie au peuple en lieu et place de l’union (…). « C’est pour prévenir toute forme d’instabilité auquel le pays est exposé et pour mettre fin à la souffrance du peuple de Côte d’Ivoire qui a soif de la réconciliation vraie et sincère que le président Laurent Gbagbo, président du Front Populaire Ivoirien, a instruit l’ensemble de la direction du Parti », a-t-il expliqué.

Ses instructions, faut-il l’indiquer, se situe à deux niveaux. En premier lieu, Laurent Gbagbo a demandé à la direction de son parti, et ce sans délai, d’œuvrer à la promotion du retour à réconciliation et à la cohésion sociale. « Pour ce faire, le Président Laurent Gbagbo met le Parti en mission auprès de tous les acteurs de la vie politique et de la société civile, sans exception, en vue d’une grande mobilisation pour construire ensembles les bases de la vraie réconciliation entre les filles et les fils de la Côte d’Ivoire », a instruit Assoa Adou. En second lieu, les cadres du parti à la rose sont invités à se rapprocher davantage des formations politiques de la gauche. « Aller vers les partis politiques de gauche pour se renforcer et s’approprier d’avantage la problématique de la Réconciliation Nationale, gage de la stabilité et d’une paix durable en Côte d’Ivoire », a-t-il indiqué.

 

Jean Kelly Kouassi