Politique nationale : Pourquoi Sidiki Konaté a lâché Soro pour Amadou Gon Coulibaly

La nomination de Sidiki Konaté au ministère de l’Artisanat dans le gouvernement Amadou Gon Coulibaly II suscite des interrogations dans les milieux politiques.

Ministre du Tourisme et de l’Artisanat puis ministre de l’Artisanat et de la promotion des PME avant de quitter le gouvernement, Sidiki Konaté revient aux affaires. L’ancien porte-parole, directeur de cabinet adjoint puis directeur de cabinet du secrétaire général des Forces Nouvelles, Guillaume Soro, a été nommé ministre de l’Artisanat dans le gouvernement Amadou Gon Coulibaly II.

Une nomination qui intervient dans un contexte de suspicion qui dure depuis maintenant plusieurs mois entre le RDR et le camp du président de l’Assemblée nationale. Pour la plupart, débarqués récemment de leurs postes, les proches de Guillaume Soro n’hésitent plus à brocarder à visage découvert le régime Ouattara et à présenter le PAN comme le candidat idéal en 2020 pour redresser la Côte d’Ivoire.

Au moment où, accuse-t-on, les proches de Guillaume Soro sont limogés ou menacés de limogeage, voici que Sidiki Konaté est nommé par Amadou Gon. Une situation que certains n’ont pas hésité à présenter comme une trahison du député de Man vis-à-vis du PAN.

L’intéressé lui-même s’est complu à dire que sa nomination provient de « la volonté du président de la République et du Premier ministre ». Mais pourquoi n’a-t-il pas refusé alors ou consulté Guillaume Soro avant de donner son accord ? Selon une source proche de la Primature, Sidiki Konaté est depuis peu plus proche du RDR que de Guillaume Soro. Et aujourd’hui, le désormais ministre de l’Artisanat clame haut et fort son appartenance au RDR.

« C’est ce qui lui vaut la reconnaissance du parti », confie notre source. Des propos confirmés par Sidiki Konaté lui-même ce mercredi 11 juillet à la sortie du Conseil des ministres. « Je suis RDR ou bien je ne le suis », a-t-il lâché à qui veut l’entendre. Ne dit-on pas qu’en politique, tout est possible et qu’on ne dit jamais jamais ? Il faut être en vie pour voir.