Politique nationale: Lia Bi Douayoua raconte ses années d’exil

Après huit années d’exil avec un intermède en Côte d’Ivoire, l’ex-ministre de la Communication et des nouvelles technologies de l’information, baron du Front populaire ivoirien (Fpi), Lia Bi Douyoua, a été accueilli dans la ferveur, samedi 23 mars 2019 à Kononfla (Sinfra), son village.

Une cérémonie de réception de l’ex-ministre était organisée au groupe scolaire de Kononfla, en présence de l’ex-Première dame Simone Ehivet Gbagbo, et de nombreux autres cadres du Fpi. Dans son discours devant ses parents, M. Lia Bi a raconté ses années d’exil.

« Pendant huit ans, nous avons été obligés de vivre loin de vous, de nous cacher au Ghana après les élections présidentielles. Pendant huit ans, nous avons enduré beaucoup d’épreuves. Lorsque que nous tombions malades, on pouvait passer trois jours sans médicaments. Parce que nous n’avions pas d’argent pour nous soigner. Il en était de même pour la nourriture. Certains sont morts dans cette situation terrible. Mais grâce à Dieu, nous avons pu en sortir pour être avec vous aujourd’hui », a relaté l’ancien membre du gouvernement.

Il a invité les acteurs politiques et l’ensemble des Ivoiriens à prendre des dispositions pour éviter des situations, comme celle susmentionnée, à l’avenir. « La Constitution de notre pays stipule que nul ne doit être contraint à l’exil. Donc que plus personne ne soit contraint à l’exil. Les élections sont un jeu », a dit Lia Bi Douayoua.

L’ancien président de l’ex-conseil général de Sinfra dit avoir acquis « beaucoup d’expériences » en exil. « Pendant notre séjour, nous avons eu des périodes pénibles. Ces moments nous ont permis de cultiver la solidarité. Nous avons également acquis beaucoup d’expériences. Ce sont toutes ces richesses que nous allons mettre à la disposition du Fpi et de la Côte d’Ivoire », a signifié Lia Bi Douayoua.

L’ex-ministre est parfaitement disposé à la paix et à la réconciliation nationale. « Avant les évènements malheureux entre nous, les élus que nous étions, Fpi, Pdci et Rdr, c’était la symbiose. Tous étions ensemble pour le développement et le bien être de nos parents. L’heure est au pardon et à la réconciliation », a fait valoir M. Lia Bi.

Non sans se réjouir de la présence du député de Kononfla Bazré, et celle de l’adjoint au maire de Sinfra, tous deux issus du Rdr, ainsi que la présence du vice-président du conseil régional de la Marahoué, militant du Pdci-rda. Pour Lia Bi Douayoua, le décor d’une région réconciliée et unie pour un développement harmonieux est planté.

Gnandé TIA

Correspondant régional