Politique nationale : Des révélations sur le maintien en prison de Samba...

Politique nationale : Des révélations sur le maintien en prison de Samba David

PARTAGER

Du nouveau dans l’affaire Samba David. Son maintien en prison est arbitraire et constitue une violation des droits humains, selon l’Ong Sos Justice, du confère Assalé Tiémoko et les membres de la Coalition des indignés de Côte d’Ivoire. Ils l’ont fait savoir au cours de la conférence de presse qu’ils ont co-animée à Angré, le jeudi 9 novembre 2017.

Fort des investigations menées par son Ong sur les raisons du maintien en détention de Nicaise Douyou alias Samba David, le président de Sos Justice est arrivé à la conclusion qu’il s’agit d’ “un scandale qui ne donne pas une bonne image de notre justice”. Pour Assalé Tiémoko, en effet, “c’est un crime impossible. C’est comme si on demandait à quelqu’un de commettre un meurtre sur un cadavre”.

Revenant sur le dossier, il a indiqué que le ministère public a décidé de maintenir Samba David en détention après que celui-ci eut purgé la peine de 6 mois qui lui avait été infligée le 2 octobre 2015. On lui reprocherait d’avoir poussé des jeunes du village de Nouvel Osrou à se dresser contre l’intronisation d’un chef, ce qui a conduit à des échauffourées ayant fait quatre morts, dont un élément des forces de l’ordre. Ces faits, fait remarquer Assalé Tiémoko, se sont produits en décembre 2015. Soit un an après une tournée que Samba David aurait effectuée dans ledit village en novembre 2014. Or, a relevé le président de Sos Justice, Samba David n’a jamais mis les pieds à Nouvel Osrou. C’est du moins la conclusion à laquelle il est parvenu après une enquête menée sur place.

Par ailleurs, a-t-il renchéri, au moment des faits incriminés, le président de la Coalition des indignés était en détention. Il purgeait la peine qui lui a été infligée suite à son arrestation, en septembre 2015. ” Tous les faits reprochés à Samba David ne sont que des présomptions qui ne reposent sur rien. Sa détention est une violation de ses droits”, a martelé le président de Sos Justice. Et d’ajouter: ” Ce n’est pas normal qu’on détienne quelqu’un en prison pour des faits aussi légers”.

Il s’est également offusqué qu’aucune instruction véritable n’ait été menée depuis près de deux ans que Samba Davi est retenu en détention. Ni confrontation avec les personnes détenues à Dabou dans le cadre de l’affaire, ni déplacement d’agents judiciaires sur le terrain aux fins d’enquête. Toutes choses qui ont fait dire à Assalé Tiémoko qu’il y a anguille sous roche. “C’est un acharnement à détenir un innocent en prison. Cet acharnement est la preuve des relations incestueuses entre la justice et l’exécutif en Côte d’Ivoire”, a encore assené le journaliste, qui a connu, lui aussi, les affres de l’emprisonnement. “Il faut libérer Samba David en mettant fin à cette procédure qui est une honte pour notre système judiciaire. Ce qui lui arrive peut arriver à n’importe quel citoyen. C’est notre silence qui entretient ce gendre d’abus”, a-t-il conclu.

Pour sa part, le président intérimaire de la Coalition des indignés de Côte d’Ivoire, Nahounou Daleba, a indiqué qu’ils ont sollicité, en vain, plusieurs chancelleries, à propos du cas Samba David. ” Le Vatican nous a dit qu’ils avaient d’autre chose à faire et que c’était une affaire ivoiro-ivoirienne”, a-t-il indiqué.

 

PAS DE COMMENTAIRES