Philippe Kacou gracié, continue «d’insulter» Alassane Ouattara

Peut être pour faire du « buzz » autour de leurs activités, en Côte d’Ivoire depuis un certain moment nous assistons à la résurgence des messages des hommes se disant envoyé par Dieu pour passer un message aux dirigeants Africains.

Philippe Kacou qui se prend pour un « prophète » avait été arrêté comme révélé par KOACI à son domicile le 13 mai 2016 et jeté à la MACA par les services des renseignements généraux et condamné à un an de prison ferme pour défiance à l’autorité publique, incitation à la haine religieuse et radicalisme religieux. Le « prophète » qui avait été gracié par le chef de l’État Alassane Ouattara  le 16 août 2016 fait encore parler de lui.

L’homme interdit de prêcher sur tout le territoire national pendant 5 ans, récidive dans une lettre transmise par Arman Martin, l’un de ses disciples ce mardi 5 janvier 2019 matin.

Dans ce message dénommé Kacou 134, le « prophète » écrit une lettre aux chefs d’États africains et leurs peuples.

Le prophète Philippe Kacou  milite pour une soumission déterministe de l’homme noir au Blanc. Philippe Kacou  révèle également dans sa lettre qu’il appartient aux hommes blancs de valider l’élection d’un président en Afrique. « Tout chef africain récalcitrant et rebelle à cela doit être transféré à la Cour pénale internationale », précise-t-il.

«Ouattara, Biya, Bongo, Tshisekedi, Buhari, Mugabé, Kagmé sont des sous-préfets des maîtres blancs », précise le verset 12 du message du prophète Philippe Kacou.

Selon lui, les raisons de cette servitude qu’il qualifie de décret de Dieu, toute velléité d’indépendance et de liberté de l’homme noir est signe d’ingratitude et ne peut prospérer.

« Demander la décolonisation et l’indépendance fut les premiers péchés. Si les États africains étaient restés des territoires européens d’outre-mer, tes fils ne seraient jamais des migrants clandestins, il n’y aurait jamais de guerre en Afrique. », affirme-t-il.

Philippe Kacou fait remarquer que les Africains sont descendus en Afrique noire afin d’être les travailleurs pour les Blancs.

« Tout l’or, tout le diamant, tout le pétrole et tout le sous-sol et les terres fertiles et les bois d’Afrique et tout ce qui se trouve sur le sol d’Afrique constituent la propriété originelle de l’homme blanc qui a le droit de les déporter en Amérique pour travailler dans ses plantations de coton et de canne à sucre. Les Africains sans histoire, tirés de la brousse, habillés, adoptés, nommés, civilisés, guéris à qui une religion et une langue ont été apprises, à se conformer à ce décret divin pour la paix et la stabilité.

Jean Chresus