Peste porcine/ Après Ferké, Yamoussoukro appelée à la vigilance

Peste porcine/ Après Ferké, Yamoussoukro appelée à la vigilance

PARTAGER

Le directeur régional des ressources animales et halieutiques de Yamoussoukro, Djoué Koffi, a appeléé mardi, les populations à la vigilance même s’il rassure qu’il n’y a pas de « suspicion » dans la capitale politique concernant la maladie de peste porcine africaine qui sévit dans le Nord du pays depuis le mois de septembre.

Il a expliqué que la peste porcine est une maladie virale qui commence par des taches sur les pâtes du porc, ensuite des vomissements et des douleurs gastriques chez l’animal qui finit par s’affaiblir. « Quand elle survient dans un troupeau, la seule mesure, c’est l’abatage », a déclaré Djoué Koffi, intervenant à l’occasion de la conférence mensuelle des directeurs et chefs de service de Yamoussoukro.

L’expert en santé animale a conseillé aux populations d’éviter les os gras et de ne pas utiliser le reste d’aliments des restaurants pour nourrir leurs porcs. « C’est un danger », a-t-il prévenu invitant les populations à se référer à la direction régionale des ressources halieutique en cas de maladie porcine.

Le virus de la peste porcine a été constaté au mois de septembre par le ministère des Ressources animales et halieutiques, à la suite de plusieurs décès de porcs dans des élevages de Ferkessédougou dans le Nord de la Côte d’Ivoire. 
Face à la situation et en vue de circonscrire et d’éradiquer le virus responsable de la maladie, le gouvernement de Côte d’Ivoire a décidé d’interdire des mouvements de la commercialisation et de la consommation publique des porcs et des sous-produits dérivés dans les zones affectées. Les autorités ivoiriennes ont également institué une veille sanitaire dans tout le pays, y compris les régions non touchées, pour éviter la propagation du virus.
La peste porcine africaine avait sévi en 1996 dans le pays décimant tout le cheptel ivoirien de plus de 100 000 porcs. L’épidémie a ressurgi en 2015 à San Pedro à l’Ouest du pays où plus de 1750 porcs avait été abattus rappelle-t-on.

PAS DE COMMENTAIRES