Marcory : Attaque à main armée sous l’échangeur du pont H.k.b: Des gangsters font un blessé grave et emportent 16 millions de F Cfa

Des criminels se sont honteusement fait un bon paquet de fric dans la commune de Marcory. Et cela, de la façon qu’on leur connaît. En tout cas, pas par autre chose beaucoup plus digne.

Nous sommes le vendredi 1er juin 2018. A cette date, rapportent nos sources, W.N., comptable, et son patron M.T. se rendent à la banque du Trésor, au Plateau. Ils y font le retrait de la somme de 26 millions de F Cfa. L’heure marque 10h à ce moment.

L’opération terminée, les deux hommes embarquent à bord de leur véhicule. Direction, la commune de Koumassi. De fait, ils n’en ont pas fini avec les opérations bancaires. Peu de temps après, les voilà qui arrivent au grand carrefour de Koumassi. Se trouve en ces lieux, une banque où ils ont un compte domicilié. Ils y versent la somme de 10 millions de F Cfa sur les 26 dont ils venaient d’entrer en possession, à la banque du Trésor, au Plateau.

Cette autre opération terminée, W.N. et son patron prennent cette fois, le chemin de leur entreprise qui a ses locaux en Zone 4, dans la commune de Marcory. Mais ce qu’ils ignorent totalement, c’est que dès qu’ils prennent la route, deux quidams à moto, qui semblent très bien informés de leur mouvement, les suivent immédiatement. Et quand les infortunés parviennent sous l’échangeur du 3eme pont, à Marcory, les deux inconnus, bien entendu des malfaiteurs, entrent en scène, pour jouer leur partition.

Parvenus à hauteur de la voiture, les malfaiteurs sortent des pistolets automatiques, qu’ils pointent sur les deux hommes, avant de les sommer de baisser les vitres avant de leur voiture. Mais tout de suite après, les criminels qui estiment que le comptable et son supérieur tardent à mettre à exécution leur injonction, passent à la vitesse supérieure. L’un d’eux ouvre le feu. La balle fait voler en éclats la vitre, et vient grièvement atteindre M.T, le patron.

Dès cet instant, pris de peur, W.N. qui conduisait la voiture, se saisit du sac contenant les 16 millions de F Cfa et le balance sur les braqueurs. Comme des cabots sur un os, les scélérats se jettent sur le sac de pognon, le récupèrent et font vrombir le moteur de leur deux-roues qui disparaît rapidement dans la circulation. Les gangsters partis, W.N. conduit son patron dans une polyclinique, non loin de là.

La police, informée plus tard du braquage sanglant, ouvre une enquête qui devra éclairer sur cette attaque à main armée, aux contours obscurs. Une enquête qui fera savoir, comment les bandits à moto étaient au fait de l’opération bancaire que devaient effectuer les deux hommes, au grand carrefour de Koumassi, au point de les prendre en filature. C’est quand même curieux que ces deux malfaiteurs soient ainsi « branchés », peut être même mieux que des agents des Renseignements généraux !

Madeleine TANOU