Lundi dernier à La Haye: Ce que Blé Goudé a confié à des proches

Charles Blé Goudé continue d’échanger avec des visiteurs, dans la salle d’audience de la prison de Scheveningen à La Haye, en attendant l’audience du 1er février 2019. L’une des dernières personnes avec qui, il a échangé, est Dr Saraka Patrice, son ex-médecin et cadre de son parti, le Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (Cojep)

. Les deux hommes se sont vus pour la énième fois au même lieu, lundi 21 janvier 2019. Et, c’est Dr Saraka Patrice qui a rapporté un pan de leur entretien, lundi, sur sa page Facebook.

« Ce lundi 21 janvier, j’ai rencontré Charles Blé Goudé à 9 h, en compagnie de Armand Dago et Hilaire Nassa, respectivement membre du cabinet du ministre Charles Blé Goudé et Secrétaire national du Cojep chargé de la formation politique en Europe. Comme à son habitude, Charles Blé Goudé fit son entrée dans la salle d’audience les bras chargés; il a prévu à boire et à manger pour nous et pour ses visiteurs de l’après-midi », a écrit Saraka Patrice. Et de poursuivre : « L’ex-accusé », lui lançais-je. Le sourire aux lèvres, Blé Goudé répliqua : « acquitté mais détenu ». Quand je lui dis : « Charles, tu es superbement bien habillé », il dit spontanément : « je n’ai pas fait exprès ». Tout le monde se mit à rire. L’ambiance était détendue. L’ayant rencontré deux jours plus tôt, je n’étais point surpris par l’état d’esprit du codétenu du président Laurent, qui a une extraordinaire et admirable capacité de résilience ».

Cette visite intervient après la décision de maintien en détention de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, prise le vendredi 18 janvier 2019, par la Chambre d’appel de la Cour pénale internationale (Cpi). La Chambre d’appel a, en effet, suspendu l’effet de la décision de la Chambre de première instance I sur leur mise en liberté. Et a programmé une audience, le 1er février 2019, pour entendre d’autres arguments sur cet appel. La Chambre a ordonné la présentation du mémoire d’appel du procureur, au plus tard le 23 janvier 2019, ainsi que les réponses y afférentes de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, et des victimes participant à la procédure, au plus tard le 29 janvier 2019.

Auparavant, le 15 janvier 2019, la Chambre de première instance I, à la majorité, Mme la juge Herrera Carbuccia joignant une opinion dissidente, avait acquitté Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé de toutes les charges de crimes contre l’humanité prétendument perpétrés en Côte d’Ivoire en 2010 et 2011.

En attente de cette nouvelle audience, Dr Saraka Patrice a indiqué, dans son post, que son leader a tenu, pendant les échanges, à leur faire partager son analyse et les enjeux de la situation qui prévaut à la Cpi. « Tout le monde s’en est remis à la Cpi pour que justice soit faite. Cela ne signifie pas forcément condamnation. Il ne sert à rien d’agiter les peurs. Retenons à ce niveau, que l’acquittement demeure un acquis majeur non négociable. Le reste de nos échanges a essentiellement tourné autour de la situation socio-politique et des actions ou initiatives à prendre pour ressouder le tissu social. Charles Blé Goudé nous appelle à réfléchir déjà à comment rassurer les peurs, comment penser les plaies encore béantes », a indiqué l’hôte du fondateur du Cojep. « Pour le leader du Cojep, nous vivons un moment historique qui devrait nous faire prendre la pleine mesure des défis à relever ensemble, pour le bonheur des Ivoiriens.

Charles Blé Goudé est, en un mot, plus soucieux de la situation de la Côte d’Ivoire à réconcilier que de son maintien abusif en détention, qui ne résistera pas au temps et à la vérité. C’est un homme combatif et optimiste que nous avons quitté aux environs de 11 h 30 », a fait savoir Dr Saraka Patrice, annonçant une autre visite à Blé Goudé, qui était prévue, hier mardi 22 janvier 2019.

SYLLA Arouna