Les détails de l’empoisonnement du couple à Amesbury établis

Les détails de l’empoisonnement du couple à Amesbury établis

Tandis que la femme empoisonnée à Amesbury est décédée hier et Charlie Rowley, la seconde personne intoxiquée, est toujours dans un état critique, un de leurs amis a raconté à Sputnik les premières conséquences de l’empoisonnement dont ils ont été victimes.

Craig Pattenden, ami du couple exposé à une «substance inconnue» à Amesbury, a été une des dernières personnes à avoir vu la Britannique Dawn Sturgess, décédée à l’hôpital ce dimanche, et son conjoint Charlie Rowley.

«La dernière fois, je les ai vus vendredi soir dans un bus qui reliait Salisbury et Amesbury. J’ai été parmi les derniers à les rencontrer avant l’incident. Ils avaient bonne mine», a-t-il expliqué à Sputnik.
«Charlie semblait avoir un peu bu, mais il était toujours sous l’emprise de quelque chose. Il prenait souvent de l’héroïne et de la cocaïne. Tous les symptômes de l’empoisonnement se sont manifestés seulement samedi », a indiqué M. Pattenden.

Dawn Sturgess a été la première à présenter les symptômes d’une intoxication, a-t-il poursuivi.

«Elle souffrait de crampes, avait de l’écume aux lèvres. Charlie essayait de lui faire retrouver ses esprits, lui a fait un massage cardiaque et finalement a été empoisonné lui-même. Ils avaient tous les deux de l’écume aux lèvres, leurs pupilles étaient rétrécies au point d’avoir pratiquement disparu. Ils parlaient par bribes», comme lui a raconté son ami Sam, qui avait vu le couple ce jour-là.

Selon M.Pattenden, l’empoisonnement n’est aucunement lié à la drogue, mais pourrait être le résultat d’un contact avec un objet dans la rue:

«Ils ont été certainement empoisonnés par une substance neurotoxique. Je crois qu’à l’origine de cette intoxication pouvait être quelque chose que Dawn a ramassé dans la rue: un mégot ou une boîte», a-t-il résumé.

Dawn Sturgess, 44 ans, et Charlie Rowley, 45 ans, ont été retrouvés inconscients samedi 30 juin dans une habitation dans la ville d’Amesbury, située à une dizaine de kilomètres de Salisbury. Dimanche soir, la police locale a annoncé la mort de la femme alors que l’homme se trouvait toujours dans un état critique.
Malgré l’annonce faite par la police que le couple d’Amesbury hospitalisé à Salisbury présenterait des «symptômes similaires» à ceux de l’ex-agent double Sergueï Skripal et sa fille, les autorités britanniques n’y voient aucun lien, d’après le ministre de la Sécurité britannique Ben Wallace. Les deux incidents ont eu lieu non loin du laboratoire secret de Porton Down relevant du ministère britannique de la Défense.

Amesbury est une ville voisine de Salisbury, où, le 4 mars dernier, l’ex-agent double Sergueï Skripal et sa fille avaient été retrouvés inconscients aux abords d’un centre commercial. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, avait accusé la Russie d’être derrière leur empoisonnement. La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Sergueï Skripal et sa fille ont quitté l’hôpital.

Sputnik

Source : Ivorian

Ivorian