« Le bilan du témoignage du Général Detoh Letoh devant la CPI » au...

« Le bilan du témoignage du Général Detoh Letoh devant la CPI » au procès Gbagbo/Blé Goudé

PARTAGER

Dans le cadre du procès de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé à La Haye, après Philippe Mangou, cette semaine le tribunal a entendu un autre responsable militaire en poste pendant la crise de 2010-2011 : Firmin Detoh Letoh, qui était commandant des forces terrestres et en charge des opérations sur Abidjan. Quatre jours d’audience au cours desquels Detoh Letoh a tenu un récit plutôt distant par rapport aux événements de 2010-2011.

Pour des raisons de santé, Detoh Letoh n’a pas fait le déplacement à La Haye : c’est à travers une vidéo-conférence qu’il apporte son témoignage sur la crise de 2010-2011. Detoh Letoh demande régulièrement le huis clos. « Une précaution pour éviter que le témoin s’auto-incrimine », explique Me Amadou Kane, son conseil juridique.

Sur le fond, l’ancien commandant de la zone d’Abidjan se présente comme « un superviseur », voire même comme un simple militaire qui n’était pas sur le terrain. « Mon rôle a consisté à ce moment-là de superviser (…) Moi je n’y étais pas. Aucun général n’était sur le terrain. Moi, je faisais un compte au général des difficultés constatées sur le terrain par le biais des chefs des hommes, donc si le général a dit que c’est moi qui étais sur le terrain, pour tout le respect que j’ai pour lui, il n’a pas dit vrai. »

On sent une certaine distance avec les événements de la crise. Detoh Letoh affirme ignorer qu’une marche des femmes favorables à Alassane Ouattara est réprimée sur Abobo le 3 mars 2011. Même chose le 17 mars 2011 : Detoh Letoh dit apprendre seulement dans la presse la destruction du marché d’Abobo.

Même distance enfin concernant l’utilisation d’armes lourdes : Detoh Letoh explique à plusieurs reprises ne pas être à l’initiative de tirs de flambage et de tirs de mortiers à certains moments de la crise.

Seule constante de ce récit : le dénuement, selon lui, des forces de défense et de sécurité.

RFI

Source : Connection Ivoirienne

Connection Ivoirienne

PAS DE COMMENTAIRES

LEAVE A REPLY