«La question de la sécurité est une question transversale depuis l’intérieur de nos Etats jusqu’à nos frontières», déclare Sidiki Diakité (Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité)

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité de Côte d’Ivoire, Sidiki Diakité, a déclaré, mercredi 23 janvier 2019 à Sofitel Hôtel Ivoire d’Abidjan-Cocody, que la question de la sécurité est une question transversale depuis l’intérieur de nos Etats jusqu’à nos frontières.

«La question de la sécurité est une question transversale depuis l’intérieur de nos Etats jusqu’à nos frontières. Le digital, aujourd’hui, se présente à nous tous comme une solution», a déclaré Sidiki Diakité en marge du salon international Shield Africa organisé par Huawei CI. Un salon qui aura donné l’opportunité aux participants de pouvoir apprécier le savoir-faire de l’entreprise et surtout proposer aux différents Etats des solutions à la question de la sécurité publique. «Il appartient à nos Etats à travers les institutions en charge de la sécurité d’être à niveau pour se donner les voies et moyens de sécuriser la population, faciliter tous les aspects de la vie sociale et permettre aux populations de pouvoir vivre paisiblement», a poursuivi le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité.

Sidiki Diakité a fait savoir que la Côte d’Ivoire a eu l’occasion, depuis quelques années, d’expérimenter l’apport du digital. Notamment, la vidéosurveillance avec toutes ses applications possibles, dans l’amélioration de notre capacité à lutter contre l’insécurité. Une innovation necessaire dans la mesure où, a prévenu Michael LI, Président de Huawei Afrique du Nord, «la digitalisation n’est pas que l’apanage des autorités publiques, c’est aussi un canal qui est utilisé par les criminels, par ceux qui ont décidé de violer la loi et mettre en péril la vie des citoyens».

Le salon a permis de présenter l’application Safe city (ville sécurisée) de Huawei. Safe city étant une solution essentielle dans l’industrie de la sécurité publique, présentant une opportunité stratégique pour l’édification de villes intelligentes. Cette solution tire son parti des nouvelles technologies de l’information et de la communication pour mettre en place des systèmes d’information policière et atteindre les objectifs de sécurité publique. Notamment, prévenir, réduire et réprimer les activités criminelles, minimiser les pertes en vies humaines et de biens, gérer efficacement la ville et créer un cadre de vie ordonné et sûr.

David YALA