Katinan après avoir été relâché, «Ils m’ont dit qu’ils se sont trompés de personne et ont présenté les excuses»

Le porte-parole de Laurent Gbagbo a été brièvement interpellé par la police Ghanéenne à l’aéroport d’Accra dans la nuit du dimanche.

De retour d’un voyage en Afrique du Sud, Justin Katinan Koné  a passé des heures entres les mains de Bureau of National Investigations (BNI) l’équivalent de la DST (Direction de la surveillance du territoire) en Côte d’Ivoire.

Selon ce dernier, les policiers ont pensé qu’il y a un problème sur son nom. Mais les choses ont fini par rentrer dans l’ordre.

« Je suis rentré de l’Afrique du Sud aux environs de 23h. Pendant que j’attendais mes bagages, des éléments de la police sont venus vers moi et m’ont demandé de les suivre parce que le Bureau of National Investigations (BNI) l’équivalent de la DST (Direction de la surveillance du territoire) en Côte d’Ivoire ont pensé qu’il y a un problème sur mon nom », a-t-il indiqué comme rapporté à KOACI par une source depuis Accra  , avant de poursuivre. « Chose que j’ai faite. Ils m’ont ramené toutes mes affaires et mes documents de voyage aux alentours de 10h ce matin, ils ont par la suite dit qu’ils se sont trompés de personne et ont présenté les excuses de la police ghanéenne avant que je ne sois libéré. »

Ce n’est pas la première fois que Katinan Koné  est interpellé par la police Ghanéenne. Pour rappel, Abidjan a émis un mandat d’arrêt contre ce cadre du Front Populaire Ivoirien (FPI) ,dans l’affaire de la casse de la BCEAO, lors de la crise post-electorale.

Donatien Kautcha, Abidjan