Divulgation de fausses nouvelles, Lobognon libéré après avoir été condamné à 6 mois avec sursis

Comme annoncé en exclusivité par KOACI, le député de Fresco a comparu ce mercredi 13 février 2019 au tribunal du Plateau.

6 mois de condamnation avec sursis, voilà la décision des juges d’appel.

Débuté plus tôt aux environs de 9H, c’est vers 17H30 que les juges ont livré le verdict.

Alain Lobognon apparu un peu amaigri et dans son écharpe de l’Assemblée nationale était présent dans le box des accusés assisté par ses avocat comme constaté sur place par KOACI.

Ils ont qualifié le verdict du tribunal de première instance de parodie de justice soulevant les mêmes exceptions devant la cour d’appel.

Plusieurs pauses, séance de question réponses, voilà ce à quoi a eu droit l’ancien ministre des sport et proche de Guillaume Soro.

Le premier président jugeAli Yéo Rechercher Ali Yéo de la cour d’appel a demandé au député s’il reconnaissait avoir publié un tweet faisant état de ce que le procureur a ordonné l’arrestation de Jacques Ehouo.

« L’Assemblée nationale avait l’information queJacques Ehouo Rechercher Jacques Ehouo devait être arrêté. Pourquoi le procureur de la république a demandé au bureau de l’assemblée nationale de lever l’immunité. La menace de l’arrestation a plané jusqu’à ce que je sois arbitrairement arrêté. Ce procès je le juge hautement politique. Nul part ailleurs dans le monde par un simple tweet, un procureur n’a ordonné l’arrestation d’un député. Il y a deux ans des journalistes avaient été arrêtés (Laurent Despas etDonatien Kautcha Rechercher Donatien Kautcha deKOACI Rechercher KOACI pour un interview de Michel Gbagbo, ndlr), je n’ai pas été arrêté pour ça. Mais parce que j’ai fait un tweet concernant l’arrestation de Jacques Ehouo, on a estimé que j’ai divulgué de fausses nouvelles », a déclaréAlain Lobognon Rechercher Alain Lobognon à la barre.

De retour d’une pause à 15h30 minutes, dans sa réquisition, le procureur a soutenu que l’infraction de divulgation de fausses nouvelles était établie. Il a requis que la peine d’Alain Lobognon soit réduite de moitié (6 mois d’emprisonnement avec sursis).

Pour la défense, dans sa plaidoirie a mentionné que la décision des juges du flagrant délit a été une décision purement politique.

Après la réquisition du procureur et la plaidoirie de la défense, la cour d’appel statuant contradictoirement et en dernier ressort a infirmé la décision des premiers juges et condamnéAlain Lobognon Rechercher Alain Lobognon à 6 mois d’emprisonnement avecsursis Rechercher sursis avec libération immédiate.

Enfin, nous pourrions être situés sur les récentes positions pro-Soro du professeurDagbo Pierre Rechercher Dagbo Pierre (ancien directeur du CEPICI sous Gbagbo, ndlr), il figurait parmi les avocats d’Alain Lobognon qui, après la cour d’appel, ont annoncé saisir désormais la cour de cassation.

Jean Chresus