Divo : Il vole son bienfaiteur et disparaît en pleine nuit

Koffi Jean-Paul, planteur âgé de 34 ans, est l’exemple patent de l’ingrat. Lui qui n’a eu d’autre façon de dire merci à son bienfaiteur, Kouadio Kouamé Isidore, qui vit à Divo, que de lui voler son bien. Un homme qui lui a offert pourtant gîte et couverts.

On apprend de nos sources que dans le mois de juin 2018, profitant de ce que son tuteur dormait, Koffi Jean-Paul lui chipe sa moto. Et discrètement, il ouvre la porte de l’entrée principale de la piaule. Et à pas feutrés, en pleine nuit, il se tire de la demeure avec l’engin volé.

Lorsqu’il se réveille le matin, c’est avec ahurissement que le pauvre bienfaiteur se rend compte de la disparition de sa moto et de son protégé. Il fait tout de suite le lien et comprend que c’était un vulgaire scélérat qu’il hébergeait sous son toit. Complètement désabusé, Kouadio Kouamé va déposer plainte à la police, contre l’ingrat porté disparu. Mais le 25 août 2018, alors qu’il jouissait jusque-là impunément du bien mal acquis, c’est le coup d’arrêt pour le voleur. Il est appréhendé à la Palmci, par un ami de la victime.

Plus tard présenté devant le tribunal de Divo, Koffi Jean-Paul passe aux aveux, avant de s’en vouloir d’avoir été effectivement ingrat envers son bienfaiteur. « Chaque fois que je suis de passage à Divo, c’est Kouadio Kouamé qui m’héberge et me donne à manger, sans rien réclamer en retour. Et je ne sais vraiment pas ce qui m’a poussé à voler la moto d’un tel homme si gentil… », confesse-t-il.

Reconnu coupable des faits de vol de moto, le prévenu est condamné à 6 mois de prison ferme. Il doit en outre versé à la victime, à titre de dommages et intérêts, la somme de 500 000 F Cfa. Ça va lui apprendre certainement à se montrer reconnaissant envers ses bienfaiteurs, indique le président du tribunal. C’était au cours du procès qui s’est déroulé le mardi 4 septembre 2018.

Soumaïla BAKAYOKO (Correspondant régional)