Depuis son exil : Ahoua Stallone répond à Alcide Djédjé

En exil depuis la fin de la crise post-électorale de 2011, Ahoua Stallone suit la vie politique ivoirienne. L’ex membre de la galaxie patriotique n’a pas manqué de réagir à la dernière sortie d’Alcide Djédjé, à l’occasion du lancement de son nouveau parti politique.

A en croire Ahoua Stallone, depuis deux mois il s’est refusé «d’intervenir sur l’actualité politique» car «en mission pour le compte d’une organisation internationale». Mais, poursuit l’ex membre de la galaxie patriotique, la récente déclaration d’Alcide Djédjé ne le «laissera pas sans réaction». A travers une publication sur les réseaux sociaux, Ahoua Stallone adresse quelques questions au président du nouveau parti politique, Concorde :

J’ai juste quelques questions à lui poser en attendant.

1-Cher ainé, pourquoi lorsque j’ai été invité à Catania en Italie, tu as eu l’outrecuidance de me remettre le rapport de Me. Vergès et Roland Dumas présentant clairement le Président Laurent comme étant le vainqueur des élections de 2010?

-Pourquoi alors que j’ai été reçu au Vatican par le Cardinal Colonna, ayant déposé ce même rapport, tu as accepté de parler avec cet émissaire du Pape Benoît XVI?

-Pourquoi as-tu accepté d’inviter personnellement toutes ces hautes personnalités italiennes dont je ne parlerai pas ici mais pour lesquelles tu m’as remis des invitations officielles au nom de l’état de Côte d’Ivoire?

Pourquoi tu n’es jamais parti au rdv du Vatican pour expliquer la crise alors que le cardinal t’avait invité à y venir pour les édifier sur cette crise parce que l’ONU leur avait demandé de prendre position pour Ouattara mais que le Vatican voulait en savoir plus?

Te souviens-tu de ma question cher ainé :

Le représentant du Pape me demande qui a nommé l’ambassadeur actuel au Vatican, parce que lorsque le Pape Benoît XVI lui avait posé la question sur le vainqueur des élections, cet Ambassadeur militant PDCI avait répondu que c’était Ouattara. Ne sachant pas qui avait nommé cet Ambassadeur, je t’ai appelé sur ton cellulaire pour te passer le représentant du Saint père et tu lui avais donné avec exactitude la réponse dont il avait besoin pour que le Vatican s’implique aussi dans la résolution de la crise post-électorale.

Avec du recul, je comprends pourquoi le cardinal Peter du Ghana, dépêché par le Vatican n’a jamais pu fouler le sol Ivoirien.

Avec du recul, je comprends pourquoi dès que je suis arrivé aux USA et qu’avec des amis dont Eric Edi du CACI, alors que nous avions rdv avec l’ambassadeur de la Russie à Washington et que je t’avais demandé si tu avais encore en sauvegarde le rapport sur les élections, ta réponse avait été sèche.

Je m’arrête là pour le moment. Gbagbo Yako.

Je parlerai après ma mission.