Depuis la CPI: Laurent Gbagbo très inquiet

Incarcéré à la Cour pénale internationale depuis le 30 novembre 2011, Lurent Gbagbo suit de près l’actualité politique de la Côte d’Ivoire. Récemment, l’ex président ivoirien a dévoilé son inquiétude quant à l’avenir de son pays. Le plus célèbre prisonnier de La Haye craint une instabilité.

Laurent Gbagbo, par la voix du secrétaire général du Front populaire ivoirien (FPI), Assoa Adou, a demandé à tous ses militants de s’engager sur la voie de la réconciliation. «C’est pour prévenir toute forme d’instabilité auquel le pays est exposé et pour mettre fin à la souffrance du peuple de Côte d’Ivoire qui a soif de la réconciliation vraie et sincère que le président Laurent Gbagbo, président du Front populaire ivoirien, a instruit l’ensemble de la direction du Parti», a indiqué Assoa Adou qui animait un point de presse le lundi 7 janvier 2018.

L’émissaire de l’ancien chef d’Etat ivoirien a aussi fait savoir que le président du FPI est inquiet pour l’avenir de notre pays à l’approche de la présidentielle de 2020. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il «met le parti (FPI, Ndlr) en mission auprès de tous les acteurs de la vie politique et de la société civile, sans exception, en vue d’une grande mobilisation pour construire ensembles les bases de la vraie réconciliation entre les filles et les fils de la Côte d’Ivoire».

Selon Assoa Adou, son mentor instruit les cadres de son parti à «aller vers les partis politiques de gauche pour se renforcer et s’approprier d’avantage la problématique de la Réconciliation Nationale, gage de la stabilité et d’une paix durable en Côte d’Ivoire».