Cpi: Ce que disent les Etats Unis, de l’acquittement de Laurent Gbagbo

De passage sur les bords de la lagune Ebrié, le lundi 11 février, le sous-secrétaire d’Etat Américains aux Affaires politiques, Sir David Hale a évoqué l’acquittement de l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo après 7 années de détention dans les geôles de Scheveningen à la Haye.

Les Etats unis d’Amérique s’intéressent de très près à l’évolution de la situation en Côte d’Ivoire. C’est ce qu’a laissé entendre le diplomate Américain, David Hale, le lundi 11 février dans les locaux de l’Ecole nationale d’Administration, à Abidjan Cocody.

 L’intervention de M. Hale intervient 8 ans après la grave crise post-électorale qui a frappé ce pays de l’Afrique de l’ouest, faisant d’importants dégâts matériels et de nombreuses pertes en vie humaines (Plus de 3000 morts selon un bilan officiel).

Le président d’alors, Laurent Gbagbo fut arrêté puis traduit devant la cour pénale internationale (CPI). Après trois ans d’intense bataille juridique entre l’accusation et la défense, l’accusé Laurent Gbagbo, sur qui pesaient de graves accusations de crime contre l’humanité, sera acquitté en première instance, le mardi 15 janvier 2019. Et sa libération immédiate ordonnée le lendemain par cette même chambre. Il sera plus tard libéré sous condition, le vendredi 01 février 2019, suite à un recours de l’accusation, déposé, auprès de la chambre d’appel de cette juridiction internationale.

« La CPI a bien pris sa décision après une longue période et c’est là où ils se trouvent », a déclaré M. David Hale à propos de l’acquittement de l’ancien homme fort d’Abidjan, avant d’ajouter « La CPI a rendu son jugement et c’est bien ». Pour lui, les regards devraient, désormais être tournés vers l’avenir. Le « processus de réconciliation » entre les fils et filles de la Côte d’Ivoire, qui s’avère indéniablement pour le conférencier « absolument essentiel ». « Ou est-ce que vous allez ? Comment approfondissez-vous la réconciliation ? », semble pour lui être les questions que devraient se poser les Ivoiriens après plus d’une décennie de crise.

A titre d’illustration, M Hale a fait cas de la situation en Afrique du Sud, qui au lendemain de l’apartheid, une période sombre de l’histoire de cette nation, a su mettre en place une commission vérité et réconciliation. « L’Afrique du Sud est souvent citée comme un très bon exemple de vérité et de réconciliation après ses nombreuses années de conflits internes et d’inégalités – et même pire », a-t-il fait savoir.

M. Hale a également saisi l’occasion pour déconseiller au président Ouattara, une candidature à un éventuel 3e mandat du président Ouattara aux élections présidentielles de 2020. Avant d’inviter à la réforme de la commission électorale, structure en charge de l’organisation des élections en Côte d’Ivoire, en vue de garantir l’organisation d’élection crédible.

 

Jean Kelly Kouassi