CNP: Un communiqué sans tête ni queue de Lakpé, pour museler la presse ivoirienne

CNP: Un communiqué sans tête ni queue de Lakpé, pour museler la presse ivoirienne

3è mandat de Ouattara : Un communiqué sans tête ni queue de Lakpé, pour museler la presse ivoirienne

Comme il fallait s’y attendre, le Conseil national de la presse (CNP, devenu Autorité nationale de la presse, sans avoir été officiellement installée) commence à se mêler du débat suscité par le président Alassane Ouattara lui-même, à propos de la possibilité constitutionnelle, pour lui de briguer un troisième mandat, en 2020. 3è mandat Ouattara CNP

Ci-dessous le communiqué signé par Raphaël Lakpé, président du CNP (ANP), dont le mandat est arrivé à expiration depuis quelques semaines et qui est aujourd’hui dans une situation similaire que celle de Youssouf Bakayoko, à la Commission électorale indépendante (CEI).

« L’Autorité nationale de la presse (ANP), délibérant en sa 6ème session ordinaire, le jeudi 7 juin 2018 a observé l’avènement d’un débat très animé suite à une interview que le président de la république a accordée à un hebdomadaire panafricain où il évoque la possibilité que lui offre la nouvelle constitution de briguer un nouveau mandat.

A lire aussi. 3è mandat : « Faux, la nouvelle Constitution ne remet pas les compteurs à zéro pour Ouattara » (Affoussy Bamba)

A cette occasion, l’ANP invite l’ensemble de la presse et les sites de productions de l’information numérique à privilégier le respect des règles et pratiques professionnelles dans le traitement des faits. Elle les encourage à contribuer à l’instauration d’un débat républicain serein, les invite à refuser de relayer les propos injurieux, dégradants ou des appels à la haine et à la révolte.

« LE MANDAT DE RAPHAËL LAKPÉ, NOMMÉ POUR SIX ANS, NON RENOUVELABLE, A EXPIRÉ DEPUIS LE 24 MAI 2018, DE SORTE QUE, COMME YOUSSOUF BAKAYOKO, DE LA COMMISSION ÉLECTORALE INDÉPENDANTE (CEI), IL DIRIGE AUJOURD’HUI, LE CNP, DANS L’ILLÉGALITÉ »

Elle exhorte les rédactions à replacer la responsabilité sociale du journalisme au cœur de leur profession et en toute circonstance ».

Notons que le mandat de Raphaël Lakpé, nommé pour six ans, non renouvelable, a expiré depuis le 24 mai 2018, de sorte que, comme Youssouf Bakayoko, de la Commission électorale indépendante (CEI), il dirige aujourd’hui, le CNP, dans l’illégalité. Pour se donner un vernis juridique, il a auto-transformé, en dehors de toute création officielle (article 40 et 42 de la nouvelle loi sur la presse), le CNP en ANP.

Par peur de se voir distribuer des cartons jaunes et rouges, les journaux ivoiriens, dans leur totale majorité, hésitent à dénoncer cette double forfaiture.

Elvire Ahonon

ivoiresoir.net

Source : Ivorian

Ivorian