« Bagarre Débordo- Dj Mix » : Ce qui s’est réellement passé

On en sait un peu plus sur la bagarre évitée entre Dj Mix et Débordo Leekunfa.

En effet, après des clashs sur les réseaux sociaux où chacun des deux artistes mettait l’autre en garde contre une future bagarre à la prochaine rencontre, Dj Mix et Débordo Leekunfa se sont finalement rencontrés le jeudi 1er novembre 2018. Le mois de novembre a démarré de façon spéciale dans le paysage musical ivoirien. Longtemps annoncée par chacun d’eux, le combat entre Dj Mix et Debordo Leekunfa a failli avoir lieu ce jour-là, comme on le voit dans une vidéo largement relayée sur les réseaux sociaux.

Selon le concepteur du Pikimin, la scène s’est produite devant le Pink Club à Marcory alors qu’il y était pour soutenir Ariel Sheney qui prestait ce soir, sans savoir que son « rival » serait présent. Les choses vont s’accélérer lorsque Débordo qui s’est rendu dans l’espace fumeur est rejoint par l’homme à la voix mélodieuse et son manager. « « Il n’y avait personne et je vois Mix en train de rentrer avec son manager. J’ai entendu un gars dans une vidéo dire que dès qu’il me voit il s’en prendrait à moi alors dès que je l’ai vu je me suis levé. Il est venu s’asseoir gentiment. J‘ai fumé au moins 10 cigarettes pour voir ce qui se passerait. Il n y a rien qui s’est passé », a-t-il expliqué dans une vidéo sur Facebook.

A l’en croire, c’est après avoir quitté la pièce qu’il a été approché par un proche de Dj Mix pour lui dire que ce dernier désirait lui parler. Surement pour régler les différends qu’ils avaient étalé ces derniers temps sur la toile. Ayant en tête les menaces proférées par l’auteur de « Mal à la tête », Débordo a dit s’être approché de lui en se plaçant en position de combat. « J’ai pris une vraie position de boxeur et il me demande si c’est arrivé dans palabre », a-t-il fait savoir avant d’expliquer que les personnes présentes et les membres de leurs staffs respectifs ont tenté tant bien que mal de calmer les ardeurs. Ce qui a abouti, puisque la bagarre n’a pas eu lieu. Si celle du 1er novembre n’a pas eu lieu, assure Opa la Nation, ce n’est que partie remise.

« Une chose est sure je en vais pas te laisser. De la manière tu m’as appelé tu n’as pas réagi, quand moi je vais t’appeler je vais te faire mal, a-t-il averti.