Assemblée nationale : Soro prend le devant du combat de Jacques Ohouo, et prévient : « Ce n’est pas parce que l’escargot ne mord pas qu’on le dépose n’importe où »

Guillaume Soro a décidé, lui-même, de monter au créneau et de prendre le devant de la scène dans l’affaire Jacques Ehouo vs le procureur de la République. Cette affaire qui polarise toutes les attentions, depuis que le député et maire élu du Plateau, a été empêché de s’installer, mais surtout la suite du débat qui lui vaut un mandat d’arrêt délivré par le parquet d’Abidjan. Le président de l’Assemblée nationale, que l’on n’a pas entendu dabs ce débat jusqu’à ce jour, vient de rompre le silence.

Annoncé au domicile du député Jacques Ehouo, Guillaume Soro y a été, ce dimanche 13 janvier 2019, dans l’après-midi. Le chef du Parlement ivoirien, entouré de députés de l’Assemblée nationale dont le ministre Maurice Kakou Guikahué, chef du Secrétariat exécutif du Pdci-Rda et par ailleurs président du groupe parlementaire de ce parti, y a pris l’engagement de se mettre en avant de l’affaire Jacques Ehouo face à la justice. « Le président de l’Assemblée nationale a décidé de se mettre au-devant de ce combat noble. Il n’est pas celui-là, qui livre ses collaborateurs et ses enfants. C’est pourquoi il a décidé d’assumer. Quand tu fais ce qui est juste, Dieu te protège toujours ». C’est ainsi que le député de Duékoué, Oula Privat, vice-président de l’Assemblée nationale, porte-parole pour la circonstance de Guillaume Soro, a donné la nouvelle aux parents de Jacques Ehouo réunis à son domicile à Cocody Riviéra, en présence d’une forte délégation de chefs et des populations Atchans, communauté du mis en cause. « Peuple Atchan, c’est pour vous dire que vous n’êtes plus seuls dans ce combat. Vous savez tous qui est Guillaume Soro. Guillaume Soro a mené des combats plus importants que çà. Et il a toujours gagné les combats qu’il mène », a prévenu Oula Privat.

Et le vice-président de l’Assemblée nationale d’aller encore plus loin, en faisant cette mise en garde. « Le président, Guillaume Soro, depuis un certain temps observe, comme un sage. Guillaume Soro a la sagesse de Salomon. Mais, ce n’est pas parce que l’escargot ne mord pas qu’on le dépose n’importe où », a lancé avec rhétorique, le député de Duékoué.

L’honorable Oula Privat donnera, au passage, toutes les explications sur la posture actuelle adoptée par le chef du Parlement ivoirien. « Le président Guillaume Soro, président de tous les élus à l’Assemblée nationale, est venu apporter son soutien à son collègue Jacques Ehouo et dire à sa famille biologique que le président Guillaume Soro est avec lui. (…). Le président de l’Assemblée nationale est garant de tous les députés à l’Hémicycle, sans distinction de parti politique. Le député, une fois élu, n’est plus député d’un parti. Jacques Ehouo est député de Gagnoa, de Korhogo, il est député de la Nation », a indiqué l’honorable Oula« Guillaume Soro est toujours disponible à n’importe quelle heure pour vous apporter son soutien, pour apporter son soutien à Jacques Ehouo ». Une adresse qui a conforté les parents de Jacques Ehouo, qui se sont levés pour l’accueillir à l’applaudimètre.

Au nom du peuple Atchan, le porte-parole de la famille Ehouo s’est réjoui du soutien déterminant du président de l’Assemblée nationale à leur fils, et au-delà de Jacques Ehouo, sa communauté. « Nous savons que nous avons désormais une défense. Nous sommes rassurés. Que le Seigneur l’aide dans ce noble combat. Que seule la justice de Dieu s’accomplisse. Le peuple Atchan est rassuré. Nous ne sommes plus seuls dans ce combat. Parce que le peuple Atchan a tout donné. Exagérément… ». Avant de prendre congé du chef du Parlement ivoirien, la génération du député du Plateau, qui a le pouvoir au niveau du peuple Atchan a révélé avoir tenu une importante réunion dont les résolutions ont été transmises à l’hôte du jour. Selon le porte-parole, à cette réunion, les camarades de Jacques Ehouo ont pris la décision de mener sans relâche le combat de leur co-générationnel. Et ce, « même si on doit exterminer tous les Tchagba, nous ne reculeront pas ».

 

F.D.BONY