Aruna Dindané se confie sur ses projets d’avenir

Meilleur buteur des Eléphants au mondial 2006, et détenteur de plusieurs titres notamment au début des années 2000, l’international ivoirien, Aruna Dindané fait partie de la génération qui a offert à la Côte d’Ivoire sa première participation au mondial, en 2006. A la retraite depuis 2013, il se confie sur ses ambitions pour le football local et son avenir.

C’est à Jeune Afrique que le footballeur s’est prononcé sur une éventuelle reconversion en entraineur. Si la carrière d’entraineur trotte dans la tête de plusieurs footballeurs, certains comme Kolo Touré s’y essayant déjà, les ambitions d’Aruna Dindané sont autre part. Au confrère, le joueur de 37 ans a en effet fait savoir qu’il projetait de faire d’autres choses plutôt que d’entrainer. « Pour cela, il faut avoir la vocation. Et je ne l’ai pas. Je réfléchis à d’autres pistes, comme suivre la formation de management proposée à Limoges par le Centre de droit et d’économie du sport (Cdes). », a-t-il justifié. Membre de l’Association des footballeurs ivoiriens (Afi) dont il est le sécrétaire général, Aruna Dindané, à l’instar de Cyrille Domoraud, président de l’Association et les autres membres dont Kolo Touré, voit mieux pour les joueurs locaux.

Le meilleur buteur de Superdivision qui a intégré l’équipe professionnelle de l’Asec Mimosas en 1999 en même temps que Kolo Touré, Barry Copa, Bakari Koné ou encore Didier Zokora, ne se réjouit pas de la situation actuelle des joueurs ivoiriens. « Une fois que j’ai arrêté, j’ai donc décidé de rejoindre ce syndicat. J’ai commencé ma carrière en Côte d’Ivoire. À l’époque, j’avais pu constater que le statut des joueurs devait être amélioré. À l’Asec, un club qui respecte ses contrats, il n’y a jamais eu de problèmes particuliers. Mais la guerre civile a eu des conséquences sur le football. Aujourd’hui, il y a beaucoup à faire pour améliorer la condition des joueurs ivoiriens. », reconnait-il.

Aussi, l’ancien coéquipier de Didier Drogba, au –delà des critiques, fait des suggestions dans le sens d’une amélioration. Laquelle amélioration passe, à l’en croire par l’établissement de contrats en bonne et due forme entre les clubs et les joueurs pour permettre à ces derniers de se prendre en charge.

S’il se dit conscient des difficultés financières que connaissent les clubs, le double champion de Belgique a fait savoir que des discussions sont constamment initiés par l’Afi avec à sa tête Cyrille Domoraud, et Kolo Touré non seulement avec les clubs mais aussi avec l’ensemble des acteurs concernés (ministère des Sports, ligue professionnelle, Fif, …). Bien que la disposition des uns et des autres ne soit pas toujours effective, Dindané souligne l’opportunité du projet. Pour lui, plus le football ivoirien se développera, plus les capacités des joueurs seront améliorés et leurs chances d’être transférés en Europe, grandes. « Et cela profitera au football du pays… », indique t-il.