Après les enlèvements de Doumbia et Koné, suspicion de retour d’escadrons de basse besogne

Quarte jours après l’enlèvement musclé du président du Mouvement de soutien EG72 (Espoir de la Génération 72, pro-Soro, Ndlr) par 3 hommes dans un 4*4 noir à Angré  et le jour de celui, dans les quasi mêmes circonstances de Hanon Koné  à Daloa, des sources sécuritaires non ivoiriennes suspectent la mise en place d’escadrons de basse besogne.

Sans trop s’étaler sur le sujet à ce stade, elles rapportent à KOACI que de hautes personnalités du pays pourraient avoir été, sur conseil, récemment convaincues d’une telle nécessité dans le jeu politique pour, éventuellement, contrecarrer la possible plateforme unie de l »opposition qui pourrait prendre forme.

Trois noms d’exécutants suspectés, dont nous nous garderons pour l’heure de dévoiler les identités ou les surnoms, nous ont été livrés.

Alors que de hautes figures politiques du pays ont, ce week end, déjà annoncé la victoire « déjà gérée » du RHDP  en 2020, on nous explique clairement que ces escadrons pourraient être employés pour des enlèvement  ciblés voire des fabrications de faux complots.

Vrai, faux? Avant d’en savoir plus et d’être situé sur l’enlèvement des pro-Soro Doumbia et Koné, reste à savoir si l’évolution de la situation politique et sécuritaire ira jusqu’à remettre en scelle ce type de groupes qui, par le passé à l’image des « escadrons de la mort » sous le régime de Gbagbo en pleine crise, ont terrorisé le pays et participé à ternir son image.

KOACI