Alassane Ouattara souhaite que le RHDP soit au pouvoir jusqu’en 2050

Son discours était très attendu. Alassane Ouattara, désigné ce jour sans surprise, premier président du RHDP  lors de son premier congrès ordinaire  a expliqué jusqu’à l’extinction de voix qu’il souhaitait qu’une équipe lui succède, que la présidentielle de 2020 se passera bien et que le RHDP  soit au pouvoir jusqu’en 2050 comme relevé sur place par KOACI au stade Félix Houphouet Boigny.
Alassane Ouattara s’est exprimé en ces termes: «Les jeunes gens ont compris que leur avenir est assuré avec le RHDP  et Alassane Ouattara  ».
Le président dont on ignore encore s’il sera candidat pour un premier mandat dans la 3ème République poursuit: « Vous m’avez dit que vous voulez que je fasse un troisième mandat, je vous ai dit que ce qui m’importe c’est la stabilité de notre pays et le président Houphouët pendant les derniers moments quand je lui rendais visite me disait à chaque fois, je veux que ça soit une équipe qui me succède pas une personne, le problème que nous avons eu c’est qu’après Houphouët ceux qui sont venus ont voulu accaparer le pouvoir pour eux seuls et c’est ce qui a amené les problèmes, moi je veux travailler à former une équipe pour que cette équipe le moment venu puisse me succéder et que la tranquillité et la prospérité que la Côte d’Ivoire connait continue pendant des décennies et des décennies»
Ouattara: «J’entends ici et là qu’il y a des craintes concernant les élections de 2020, je vous répète il n’y aura rien en 2020, rien, tout va bien se passer, très bien se passer, n’écouter pas les oiseaux de mauvaise augure et avec la force que représente le RHDP, grâce à vous les militants, le RHDP  gagnera en 2020 jusqu’en 2050».
Par ailleurs, le président de la République a évoqué la réconcilation et estimé, prenant le cas de Simone Gbagbo, qu’il préférait le vrai pardon aux discours.
Ouattara: « La Côte d’Ivoire avance aussi dans le domaine de la réconciliation, je ne dis pas seulement que je suis pour le pardon comme certains, moi je pardonne, et j’ai pardonné, si je n’avais pas pardonné Simone Gbagbo ne serait pas sortie de prison, donc au lieu de faire de grands discours de pardon, nous, nous pratiquons le pardon et je demande à chacune et chacun de pardonner, c’est en pardonnant que le réconciliation sera vraie, bien évidemment les uns et les autres doivent reconnaitre leur faute, et les victimes doivent être prises en charge et c’est ce que nous faisons déjà».
KOACI