Ahoussou : « Cette mesure d’amnistie s’inscrivait déjà dans la vision du Président de la République »

Ahoussou : « Cette mesure d’amnistie s’inscrivait déjà dans la vision du Président de la République »

Le Président du Sénat a transmis la déclaration ci dessous. Jeannot AHOUSSOU-KOUADIO salue l’amnistie et assure que les sénateurs attendent l’ordonnance avec impatience pour la ratifier.

À l’occasion de la célébration du 58ème anniversaire de l’indépendance de la République de Côte d’Ivoire et lors de son message à la nation le 06 août 2018, Son Excellence Monsieur le Président de la République a annoncé qu’il a pris le même jour, une ordonnance portant amnistie générale au bénéfice de 800 de nos concitoyens poursuivis ou condamnés pour des infractions en lien avec la crise post-électorale de 2010, ou des infractions contre la sûreté de l’Etat commises après le 21 mai 2011.
Au nom du Sénat de Côte d’Ivoire et en mon nom personnel, nous tenons à saluer et à féliciter le Président de la République pour cette décision qui contribue à la paix, à la réconciliation nationale et au renforcement de la cohésion sociale dont notre pays a le plus besoin pour son développement économique et social.
C’est le lieu de relever que cette mesure d’amnistie s’inscrivait déjà dans la vision du Président de la République à travers la mise sur pieds de diverses Institutions et mécanismes tels que la CDVR, la Commission Nationale d’Enquête, le Ministère d’Etat Auprès du Président de la République chargé du Dialogue Politique, la CONARIV, le ministère chargé de la solidarité et de l’indemnisation des victimes.
Considérant qu’aucun développement économique et social ne peut s’inscrire dans la durée sans la paix, et persuadé que le Droit doit rester au service de la paix, je voudrais encourager Son Excellence Monsieur le Président de la République à demeurer et à persévérer de manière résolue dans le sentier de la paix étant entendu qu’il n’y a pas de sacrifice trop grand pour la paix comme aimait à le rappeler le Président Félix Houphouët-Boigny.
En ce qui concerne le Sénat, deuxième chambre du Parlement, nous attendons avec impatience cette ordonnance pour la ratifier conformément à la Constitution afin d’apporter notre modeste contribution à la consolidation de la paix retrouvée.
Nous réitérons par conséquent tous nos encouragements à tous les acteurs politiques de notre pays, pour mettre le dialogue et la concertation au sein de tout débat afin de renforcer la démocratie républicaine dans le respect de nos différences pour épargner notre pays de dérives susceptibles de nous conduire à d’autres crises.

Fait à Abidjan, le 07 août 2018
Jeannot AHOUSSOU-KOUADIO
Président du Sénat

Source : Ivorian

Ivorian