Agboville / Affrontements intercommunautaires – Un bilan lourd pour une simple « rumeur »

Ce qui devrait être une banale bagarre entre élèves à Agboville a viré au vrai cauchemar. Et cela  s’est malencontreusement transformé en bataille rangée entre deux communautés (allogène et autochtone). Bilan, deux morts, de nombreux blessés, plusieurs commerces pillés.

Selon les nouvelles informations reçues, tout serait parti d’une bagarre entre élèves qui a eu lieu le 10 novembre 2017 . Le nommé Angui Kouassi Gédéon, élève en classe de 6ème, est pris à parti par un groupe d’élèves non loin de son domicile. Voulant défendre son petit frère Gédéon, Anguy Richmond, fermier de profession, va prendre un violent coup à l’œil. Conduit d’urgence au CHU de Treichville où il y reçoit des soins, une folle rumeur court le mardi 28 novembre dans les lycées et collèges annonçant que le “défenseur” de Gédéon « est mort » ! Voilà la fausse information qui met le feu aux poudres.

La ville alors paisible, tombe sens dessus-dessous. Des élèves autochtones très furieux se sont amassés en très grand nombre au rond- point de l’Agneby (entre le grand- marché et l’église Catholique) pour venger leur frère et ami. C’est ainsi que les parents, impuissants,  ont assisté à des batailles rangées à la machette et autres armes de circonstances entre deux communautés à travers la ville.

Pendant ce temps, les bandits opportunistes ont profité du trouble pour casser et piller des commerces. Ces affrontements ont paralysé la cité entière, le commerce et tout le trafic routier communal. Il a fallu l’intervention d’un contingent de militaires venu d’Abidjan pour renforcer les forces de l’ordre locale afin de ramener la quiétude.

Deux morts ont été enregistrés et les blessés se comptent par plusieurs dizaines. Une réunion d’urgence entre les élus de la ville et les imams a également été nécessaire pour apaiser les esprits et ramener un calme précaire sur la cité.