Accusé de déstabilisation / Damana Pickas: “Ne pas nous laisser distraire et...

Accusé de déstabilisation / Damana Pickas: “Ne pas nous laisser distraire et détourner par des manœuvres dilatoires du régime Ouattara”

PARTAGER

Damana Pickas, accusé par le régime d’Abidjan de déstabilisation, a produit un nouveau communiqué afin de “rester fermes et de se laisser distraire et détourner par des manœuvres dilatoires du régime Ouattara”, sur les réseaux sociaux. Ci-dessous le communiqué.

Je remercie d’abord les Ivoiriens, puis les démocrates et résistants de tous bords et les enfin les panafricanistes pour ces nombreuses marques de sympathie, de soutien et de solidarité dont nous avons été l’objet durant ces heures d’accusations. Nous avons été très sensibles.
Je voudrais rappeler aux Ivoiriens que nous avons des objectifs clairs dans le combat que nous menons, à savoir : la libération du Président Laurent Gbagbo et de son ministre Charles Blé Goudé, de Simone Gbagbo et de tous les prisonniers politiques civils et militaires, du retour sécurisé des exilés, de la restauration de la démocratie dans notre pays.

Nous devons restés fermes, focalisés sur ces objectifs et ne pas nous laisser distraire et détourner par des manœuvres dilatoires du régime Ouattara.
Nous devons croire en nous-mêmes, en notre parti et en ses dirigeants, pour relever tous ces défis majeurs. Nous sommes des démocrates, nous sommes des républicains, mais nous ne sommes pas des pacifistes sur qui on peut se défouler à tout moment.

Le régime se méprend et se trompe sur notre compte. Il pense que nous avons peur, que nous sommes terrorisés, que nous sommes impressionnés ou intimidés par leurs rhétoriques de violences.

Mais nous,nous sommes le FPI et personne ne peut nous intimider ou nous dicter quoi que ce soit. Personne ne peut nous marcher dessus impunément.
Nous allons commencer à bander nos muscles pour qu’ils sachent qu’ils ont des hommes et des femmes en face d’eux.
C’est l’action qui entraîne la réaction. La démocratie que nous appelons de tous nos vœux, nous offre les moyens et arguments nécessaires et suffisants, pour nous dresser contre toute dictature.

L’État de droit dont nous rêvons ne signifie pas l’état de faiblesse ou l’état de désordre. Or, la Côte d’Ivoire aujourd’hui, est un Etat faible ou règne le désordre. Nous devons donc nous lever pour exiger le retour de l’État de droit, de l’État de valeurs, de l’État de responsabilités.

Les Ivoiriens en ont la volonté, la capacité et les arguments. Il nous faut oser,nous lever et oser vaincre. Le FPI qui incarne tous les espoirs du peuple s’y attèle et s’y prépare avec ses alliés.

Le régime vise certainement a nous impressionner, nous intimider et nous faire vivre dans la peur en nous poussant dans la clandestinité et l immobilisme.
Mais le peuple ivoirien dans la determination, dans l unité, dans la solidarité doit se tenir prêt.
Que Dieu bénisse le peuple. Que Dieu le fortifie et que le Saint Esprit continue d’inspirer les leaders du FPI.
Damana Adia Pickass

PAS DE COMMENTAIRES

LEAVE A REPLY