Abidjan/Cybercriminalité: Un chauffeur de taxi vole plus de 50 millions FCFA à une banque

Un chauffeur de taxi présenté sous les initiales de TKE a soutiré frauduleusement la rondelette somme de 53 millions FCFA à une banque de la place grâce à  des cartes de crédit bancaires non créditées qui lui permettaient néanmoins de retirer de l’argent, selon la Plateforme de la lutte contre la cybercriminalité (PLCC).

Selon les faits, KTE achète une carte de crédit bancaire. Cependant, cette carte présente une faille. Sans l’avoir créditée, KTE pouvait retirer de l’argent dans l’un des nombreux guichets automatiques de la banque dont le nom n’a pas été dévoilé.

Ayant découvert cela, KTE s’en donne à cœur joie. Chaque jour à la même heure, l’indélicat retire plus d’un million de francs. Si bien qu’il démissionne de son poste de chauffeur de taxi.

Son train de vie change. Lui qui a arrêté ses études au CM2. D’une maison qu’il louait à la Riviera Palmeraie, il aménage dans une plus grande toujours dans le même quartier. Les filles sont à ses pieds. Il refait sa garde robes et s’achète des véhicules, des chaussures et des montres hors de prix. Il se fait un nom dans le  monde de la nuit. Bref, comme on le dit à Abidjan, “il mène la vie de Lougah”, bien qu’étant conscient de son acte répréhensible en ce qui concerne la provenance de l’argent. Mais, il n’a pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin.

Un jour, comme cela est de coutume, la société qui fabrique les cartes bancaires pour ladite banque se rend compte que des cartes non activées fonctionnent.

La structure bancaire mène une enquête interne et se rend compte que trois des cartes émises présentent des anomalies. Dès lors, elle saisit la PLCC pour vérification en vue de mettre la main sur la personne qui a ces cartes.

C’est ainsi qu’après des investigations, une personne mandatée par KTE pour effectuer des retraits est appréhendée. Elle conduit les limiers de la plateforme à KTE qui ne fait pas de difficultés à reconnaitre les faits et avoue être le détenteur des trois cartes bancaires non activées.

Mis aux arrêts, l’ancien chauffeur de taxi devra répondre de ses actes devant le parquet d’Abidjan pour fraude sur carte bancaire prépayée.