A propos d’un 3ème mandat : Voici ce que Ouattara a confié à Soro, la mission secrète qu’il lui a demandée

On n’en a pas fini avec le débat sur un probable 3ème mandat du président de la République, Alassane Ouattara, aux élections présidentielles de 2020. Le chef de l’État ivoirien renvoie tout le monde en 2020 pour donner sa décision sur la question. Mais, Alasane Ouattara n’en a rien caché au président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, qu’il a rencontré le 14 mai dernier selon l’hebdomadaire panafricain, Jeune Afrique.

A en croire le confrère, le président de la République, au cours de son tête-à-tête avec le chef du Parlement ivoirien, s’est clairement ouvert sur sa candidature en 2020 qui fait débat présentement. Il a confié à Guillaume Soro qu’ils ne souhaitait pas solliciter un troisième mandat. Toutefois, le président Ouattara ne s’est pas voulu formel sur la question. Il a conditionné son départ par la cohésion qui régnerait autour de lui, entre ses principaux lieutenants, Guillaume Soro, Amadou Gon Coulibaly et Hamed Bakayoko. Le chef de l’État ivoirien souhaite qu’il se crée une « union sacrée » entre ces trois barons du Rdr qui ne s’apprécient guère.

A propos, Jeune Afrique révèle une « délicate mission » que le président de la République a confié à son ex-dauphin constitutionnel. Il aurait recommandé au président de l’Assemblée nationale, lors de leurs échanges du 14 mai 2018, de s’entendre au sein du Rassemblement des Houphouëtistes (Rhdp) en voie d’être transformé en parti unifié, avec le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, mais aussi avec le ministre d’Etat, ministre de la Défense, Hamed Bakayoko. Guillaume Soro aurait déjà entamé cette mission de bons offices, car le confrère annonce qu’il s’est entretenu, fin mai dernier, avec le chef du gouvernement ivoirien, au domicile de ce dernier. Une rencontre qui s’est tenue en présidence du ministre des Affaires présidentielles, Téné Birahima Ouattara, le cadet du chef de l’État.

L’atmosphère, faut-il le noter, n’a jamais été aussi détendue, ces dernières années, entre le chef du Parlement ivoirien, Guillaume Soro et le Premier ministre Gon ou le ministre d’Etat Hamed Bakayoko. Idem entre le patron de la Défense nationale et le chef du gouvernement. Ce qui présage de la délicatesse de la mission de Guillaume Soro, sérieux prétendant à la succession du président Ouattara en 2018. Du coup, l’on pourrait bien imaginer les dessous de la mission que lui a confiée le chef de l’État. Laquelle, si elle réussit, devrait consacrer le départ du pouvoir de l’actuel locataire du Palais d’Abidjan. Un deal dans la Case? Tout semble bien planifié qui se laisse savoir !

 

F.D.BONY