7 décembre 1993 -7 décembre 2017: Il y 24 ans, la Côte d’Ivoire perdait Félix Houphouët-Boigny

Il a écrit les premières lettres de l’histoire de la Côte d’Ivoire. Félix Houphouët-Boigny a été aussi à la base de la lutte contre le colonialisme en Afrique.

Dix-huit octobre 1905, naissait Félix Houphouët-Boigny. 7 décembre 1993, il est rappelé à Dieu. Il a vécu 88 ans, essentiellement consacrés à la Côte d’Ivoire. Houphouët-Boigny, c’était d’abord la lutte. Pour le bien-être des autres, de la société à laquelle il appartient.

Le syndicaliste convaincu mais pragmatique

A 20 ans, alors qu’il était médecin, Félix Houphouët-Boigny crée la première amicale regroupant le personnel indigène des hôpitaux d’alors. Par pragmatisme, il n’utilise pas le terme de syndicat dans un environnement où le colon était encore trop rigide. Mais la volonté du jeune cadre était nette: poser les problèmes liés aux conditions de travail des Noirs. Il n’empêche, l’administration coloniale cherchera à le déstabiliser en l’affectant à Guiglo, puis à Abengourou où il occupera un poste jusque-là réservé aux Européens.

Dans l’Indenié, Houphouët est confronté aux injustices dont sont victimes les planteurs de cacao soumis à toute forme d’exploitation. Il n’est pas du corps, certes mais il n’a pas un cœur qui lui permet de supporter les cruautés. Il décide d’agir. Il prend alors la tête, en 1932, d’un mouvement de planteurs africains hostiles aux grands propriétaires blancs et à la politique économique du colonisateur.

Le 22 décembre, il rédige, sous un pseudonyme, un article engagé: « On nous a trop volés » qui deviendra très célèbre.

Le 3 septembre 1944, il fonde le Syndicat agricole africain (Saa) regroupant les planteurs africains pour revendiquer de meilleures conditions de travail, une hausse des salaires et l’abolition du travail forcé. Le politique était officiellement né.

En octobre 1945, justement, Houphouët est élu, avec une majorité écrasante, député à l’Assemblée constituante française. Un an plus tard (le 9 avril 1946), il transforme le Syndicat agricole africain en Parti démocratique de Côte d’Ivoire.

(Pdci). Le 18 octobre 1946, voit le jour, le Rassemblement démocratique africain (Rda) à l’issue d’un congrès mémorable à Bamako.

Quinze ans de luttes acharnées. En terre ivoirienne, en terre africaine. A Paris. Le 7 aout 1960, la Côte d’Ivoire est indépendante. La fête est mémorable. A Abidjan comme dans d’autres capitales africaines, on sait une chose: on doit beaucoup à Félix Houphouët-Boigny.

Cerveau politique, tête pensante en développement

Houphouët savait à quel moment on élevait la voix, à quel moment on souriait et à quel moment on tapait sur la table. Fin stratège, il a su gagner le combat contre le colon tout en évitant les affrontements inutiles. Houphouët-Boigny, c’était la priorité à l’objectif et non la lutte juste ‘’pour se montrer qu’on est garçon’’.

Sur le plan économique, on retrouvera cette tactique. Il accentuera la collaboration avec l’ancienne colonie pour former les Ivoiriens. Il recrutera même dans la sous-région pour former massivement les élèves et étudiants.

Houphouët voulait des intellectuels, des cadres compétents et il y a mis le prix. On se souvient des étudiants expédiés en France en 1946, dans le célèbre contingent de ‘’l’aventure 46.’’

Formation, développement des infrastructures de base, des infrastructures économiques. Lancement des programmes d’une Côte d’Ivoire des miracles. Du miracle économique. En peu de temps, la Côte d’Ivoire devient le pays phare de la sous-région, aucun autre malgré les soubresauts, les crises. C’est que les fondements ont été solidement bâtis.

Houphouët était un grand. Il voyait grand. A l’image de la Cité administrative qui surclasse encore tous les immeubles de la sous-région. A l’image aussi du cacao et du café qui constituent toujours les principales ressources du pays. Houphouët avait particulièrement développé ces produits.

BLEDSON MATHIEU

Fratmat.info

Source : Connection Ivoirienne

Connection Ivoirienne