3 jours après le décès de son aîné, le frère cadet de  »Dezy Champion » livre des confidences : « Il sentait sa mort venir »

Serges Guinon, le frère de Guinon Désiré Claver connu sous le nom de scène de Dezy Champion, a fait des révélations sur l’artiste, quelques jours après sa mort. Une mort, qui selon lui était apparemment prévisible.

 Serges Guinon, ex-joueur de l’Africa Sport d’Abidjan, frère cadet de Dezy Champion, a donné certains détails sur la mort de son frère, nous apprend le quotidien ‘’Le jour plus‘’. À en croire le confrère qui relate les témoignages de Serge Guinon, Dezy Champion sentait venir sa mort. « Il nous a toujours fait son signe d’aurevoir », a confié son frère avant d’ajouter que Dezy Champion avait coutume de dire qu’il ne devait plus rien à Dieu, car il a fait ce qui devait être. Notamment la construction d’un temple pour Dieu.

« Il disait qu’il n’avait pas les moyens financiers pour achever sa mission, donc il allait reprendre la musique en vue de conduire ses amis à l’église, confie son frère. C’est ainsi qu’il faisait des spectacles et a informé ses frères en Christ qu’il serait absent le dimanche 1er avril 2018 car il devait effectuer un voyage sur Yamoussoukro ce jour », a-t-il révélé.

Toujours selon Serge Guinon, dans ses derniers jours, Dezy Champion a vu dans une prophétie une situation difficile à venir qu’il a partagée avec les fidèles de son église. « La semaine passée, il avait tenu une réunion avec les fidèles de son église pour leur dire qu’il ne sera pas au culte du dimanche 1er avril. Après la réunion, il est allé s’asseoir vers l’escalier, il a commencé à pleurer et a même enlevé son tee-shirt. Un fidèle lui a demandé ce qu’il avait. Il a répondu en disant d’être fort, car ce qu’il voit n’est pas bon. Les jours à venir allaient être durs », a relaté le frère. Et d’ajouter qu’« il sentait sa mort venir, il n’avait aucun problème avec quelqu’un, c’était un grand frère humble ».

Comme quoi, l’artiste zouglouman-pasteur a eu à montrer des signes prémonitoires de sa mort. Le fondateur de l’église ‘’ l’Armée royale ‘’, située à Yopougon, a rendu l’âme dans la nuit du vendredi 30 au 31 mars 2018, laissant sa famille, ses fidèles et ses amis dans le désespoir.

 

Philomène Yai (Stg)